Visitez les 19 meilleurs monuments de Meknès

monuments Meknès

Meknès est une ville historique du Maroc à l’histoire riche et variée. Construite au cours du XIe siècle, cette ville a conservé un certain nombre de sites historiques de cette époque. En l’honneur de son histoire et de son riche patrimoine, voici les 18 monuments de Meknès qu’il faut absolument visiter.

1. Bab Mansour Laalej

Bab Mansour Laalej est une porte ottomane du XVIIIe siècle située dans la médina de Meknès, au Maroc. Elle a été construite en 1771 sur ordre du sultan Mohamed Ben Abdallah, qui avait choisi Meknès comme capitale. La porte est l’un des monuments les plus importants de la ville et se trouve à l’entrée d’une petite place appelée « Plateau des Ambassadeurs ».

Bab Mansour Laalej est l’une des rares portes ottomanes du Maroc à avoir conservé sa fonction originelle d’entrée monumentale d’une ville. Elle a été déclarée monument national par le ministère marocain de la Culture et de la Communication.

2. Place Lahdim

La place Lahdim est une grande place située au centre de la ville de Meknès, au Maroc. Elle a été construite en 1755 par le sultan Mohammed ben Abdallah, qui a également ordonné la construction de plusieurs autres monuments architecturaux à Meknès. Il est situé en bordure du quartier de la Médina, près de la porte Bab Mansour. Elle porte le nom du ministre de Moulay Ismail, Ahmed El Mansour Ben Lahdim.

La place est entourée d’arcades soutenues par des colonnes à chapiteaux corinthiens. En son centre se trouve une fontaine avec un petit pavillon à chaque angle. Sur l’un des côtés de la place se trouve le Mausolée de Moulay Ismail, construit entre 1670 et 1671 par l’architecte Abderrahman Mouhaoui El Ghalbani en souvenir de Moulay Ismail qui y fut enterré en 1672[1].

3. Habs Qara

Le Habs Qara est un château situé dans la médina de Meknès. Il a été construit par Moulay Ismail, le sultan du Maroc entre 1669 et 1672. Le nom Habs Qara signifie « Forteresse noire » en arabe.

De forme rectangulaire, la forteresse a un périmètre de 380 mètres et ses murs sont suffisamment épais pour résister aux tirs des canons. L’entrée se trouve sur le côté nord, au même niveau que le sol extérieur.

La forteresse comprend deux étages : un étage supérieur où se trouvent les pièces destinées à la résidence et à la réception, tandis que l’étage inférieur contient les écuries et d’autres pièces utilisées comme entrepôts.

4. Palais Dar Jamai

Le palais Dar Jamai est un bâtiment historique situé à Meknès, au Maroc. Il a été construit au XIXe siècle par le sultan Moulay Hassan Ier. Le sultan s’inspirait de l’architecture européenne et voulait créer un palais digne de son statut de souverain du Maroc.

Le palais Dar Jamai est situé à l’est du centre-ville, près de la porte Bab Mansour et de la mosquée Bab el-Mansour. Le palais est entouré d’un jardin et a une superficie d’environ 5 hectares. La porte d’entrée principale est appelée Bab el-Mansour (porte de Mansour), d’après l’une des portes de la médina de la ville.

5. Médersa Bou Inania

La Medersa Bou Inania est une madrasa située à Meknès, au Maroc. Elle a été construite par le sultan Moulay Ismail et achevée en 1792. Le bâtiment est considéré comme l’un des monuments les plus importants de Meknès et est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985.

La médersa a été conçue par l’architecte Muhammad Sijilmasi, qui a également conçu d’autres bâtiments à Meknès, notamment la mosquée Bou Inania. La madrasa a été construite sur un bâtiment plus ancien qui avait été détruit par un incendie en 1759 ; ce bâtiment plus ancien avait servi à la fois de bibliothèque pour le palais et d’hébergement pour les voyageurs.

L’entrée principale de la madrasa est marquée par deux tours rectangulaires à sommet conique : une de chaque côté de la porte principale qui mène à une grande cour entourée sur trois côtés de cellules d’étudiants (douaa). Sur le quatrième côté, il y a deux entrées supplémentaires : l’une mène à une cour plus petite où les enfants apprenaient à lire et à écrire l’écriture arabe, et l’autre mène à une deuxième cour où les élèves étudiaient l’arithmétique, la géométrie et les équations algébriques.

6. Place Lalla Aouda

La place Lalla Aouda est une place publique de la médina de Meknès, au Maroc. Elle est située à l’intersection de l’avenue Mohammed V et de la rue Ibn Rochd. La place a été nommée d’après la princesse Lalla Aouda Bint Al Hassan, qui est enterrée dans le palais Dar el Makhzen, situé sur le côté sud de la place.

La place a été construite pendant le protectorat français du Maroc en 1939 par l’architecte français Maurice Durand (1879-1954). Elle a été inaugurée le 22 mars 1940 par le roi Mohammed V qui l’a baptisée « Sidi Abderrahmane ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été rebaptisée « Place de Gaulle », mais a retrouvé son nom d’origine après l’indépendance du Maroc en 1956.

7. Médersa Filalia

La Médersa Filali est une madrasa historique située dans la ville de Meknès, au Maroc. Elle a été fondée par Moulay Ismail comme centre d’enseignement du droit malékite. Elle est située au cœur de la médina de Meknès, près du palais royal et de la porte Bab Mansour.

Le bâtiment a été construit en 1792 sur ordre de Moulay Ismail, qui était fasciné par l’architecture islamique. L’architecte était Moulay El Hassan, qui a également construit la Tour Hassan et la Mosquée Hassan. L’architecture du bâtiment s’inspire de l’art andalou et comprend un mur extérieur avec deux rangées d’arcs en fer à cheval, chaque rangée comprenant 8 arcs et un dôme au-dessus. La cour intérieure a été comparée à celle de l’Alhambra, avec son grand bassin entouré d’arcades sur trois côtés et une galerie au-dessus[1].

L’école comptait une centaine d’élèves à son ouverture, mais elle s’est rapidement développée pour accueillir environ 300 élèves par an[2]. Elle a fermé ses portes après l’indépendance en 1956[3], mais a rouvert en 2010 dans le cadre des efforts visant à faire revivre la culture marocaine traditionnelle.

8. Le Palais Royal

Le Palais royal a été construit par le sultan Moulay Ismail et achevé en 1716. Il est situé au cœur de Meknès, la troisième ville du Maroc. Le palais est un vaste complexe de bâtiments contenant des salles pour les réceptions, les concerts, les conférences et les banquets. Le palais peut accueillir jusqu’à 10 000 personnes en même temps.

Le bâtiment comprend une cour centrale avec une fontaine et un jardin entourés d’arcades à trois étages couvertes de panneaux de bois de cèdre peints. L’étage inférieur abrite les salles de réception, tandis que l’étage supérieur contient les suites pour les chefs d’État en visite.

9. Grande Mosquée – Jamaâ Al Kabir

La Grande Mosquée est le plus grand lieu de culte du Maroc. Elle est située à Meknès et a été construite pour le sultan Moulay Ismail qui a régné de 1672 à 1727. La mosquée a été conçue par Ahmed el-Mansour et son fils Mohammed.

Il a fallu plus de trente ans pour achever ce chef-d’œuvre et 40 000 ouvriers y ont travaillé à tout moment. Cette mosquée est considérée comme l’une des plus belles mosquées du monde avec ses hautes arches, sa grande cour et ses pierres ornées.

La mosquée a été rénovée à plusieurs reprises depuis sa construction, notamment sous le règne du sultan Moulay Hafid (1822-59), qui a ajouté une nouvelle entrée et un nouveau minaret, ainsi que de nouvelles décorations dans l’ensemble du bâtiment.

10. La Porte Berdaïne

La porte Berdaïne, également connue sous le nom de Bab Berdaïne, est une porte historique de la ville marocaine de Meknès. Elle est située dans la partie sud-ouest du quartier de la médina.

La porte a été construite à la fin du XVIe siècle par Moulay Ismail ibn Sharif, sultan du Maroc de 1672 à 1727 et fondateur de Meknès (alors appelée al-Maknassa), qui est né dans cette ville et y a régné jusqu’à sa mort. Elle porte le nom de son père Ali Pacha al-Alami, mort en 1595 après avoir été élevé par l’un de ses proches, l’oncle de Moulay Ismail, Abdallah al-Ghalib.

11. Tombeau De Mohamed Ben Aïssa

Le tombeau de Mohamed Ben Aïssa est situé juste à l’extérieur de Meknès, au Maroc. Le monument a été construit en 1803 pour commémorer la vie de Mohamed Ben Aïssa, célèbre érudit islamique et soldat de la dynastie almoravide.

Le tombeau est une structure impressionnante qui a résisté à l’épreuve du temps. Il se compose de trois chambres décorées de mosaïques, de marbre et de stuc. La façade ressemble à une mosquée avec ses arcs ornés, ses colonnes et ses dômes.

Le tombeau de Mohamed Ben Aïssa est l’une des attractions touristiques les plus populaires de Meknès, car il donne aux visiteurs un aperçu de l’histoire du Maroc grâce à son architecture, ses œuvres d’art et d’autres artefacts de l’époque.

12. Bab El Khemis

La Bab el Khemis est l’une des portes les plus importantes de la médina de Meknès et l’une des plus anciennes. Elle a été construite par Moulay Ismail en 1672, qui en a ordonné la construction lors de son premier séjour à Meknès. La porte a été nommée d’après une ancienne mosquée située à proximité. La mosquée a été démolie, mais le nom est resté. Bab el Khemis fait face à Bab er Rbiaa, également construite par Moulay Ismail, dans le cadre de sa campagne d’extension de l’enceinte de sa capitale[1].

13. Heri Souani Et Dar El Ma

Heri Souani est un monument unique et magnifique. Construit dans la ville historique de Meknès, il s’agit d’une structure qui a été construite en 1739 par le sultan Mohammed Ben Abdellah Al-Moumen, un des fondateurs du pays. C’est une vieille maison qui a été transformée en musée pour présenter des collections archéologiques. Les visiteurs peuvent y voir des objets d’art et d’artisanat, comme des meubles et des tapis traditionnels marocains. La visite de ce lieu est vivement recommandée aux touristes qui veulent connaître l’histoire du Maroc, car cette maison renferme de nombreuses informations sur les traditions et l’artisanat local.

14. Bab Er-Rih

Bab Er-Rih est l’une des plus belles portes de la médina de Fès. Elle a été construite en 1873 par le sultan Moulay Hassan Ier .

La porte d’origine s’appelait Bab el-Ftouh, ce qui signifie « la porte du triomphe ». Plus tard, elle fut nommée Bab Er-Rih (littéralement « la porte rouge »), en raison de sa couleur rouge.

Il s’agit d’une porte monumentale qui comporte quatre tours, chacune couronnée d’une tourelle et de deux galeries crénelées. La tour centrale est plus haute que les autres et possède une porte en fer qui s’ouvre sur la rue qui mène au centre-ville. Bab Er-Rih a été construite comme un symbole architectural de puissance et de gloire pour Meknès, qui était à l’époque la capitale du Maroc.

15. Mausolée De Moulay Ismaïl

Le mausolée Moulay Ismaïl est un monument situé à Meknès, au Maroc. Il a été construit par Moulay Ismaïl au 18ème siècle. Le mausolée est un mélange de styles classique et marocain et a été décrit comme l’un des monuments les plus imposants du Maroc.

Le complexe a été construit sur les ordres de Moulay Ismaïl, qui a régné de 1672 à 1727. La construction a eu lieu entre 1704 et 1720 et s’est poursuivie pendant plusieurs décennies après sa mort. Le bâtiment principal est une structure carrée avec un minaret octogonal à chaque coin, surmonté d’une coupole. L’intérieur est décoré de motifs géométriques en marbre noir et blanc ainsi que de mosaïques représentant des fleurs, des fruits et des oiseaux.

Le bâtiment contient deux mosquées : Masjid al-Qiyam et Masjid al-Jami’ al-Kabir (Grande Mosquée). Cette dernière est utilisée pour les prières du vendredi tandis que la première abrite la tombe du père du sultan, Ahmed al-Mansur (1603-1617), et d’autres membres de sa famille, dont Abdallah ibn Muhammad I (1672-1727), qui a succédé à Moulay Ismaïl.

16. Koubat Al Khayatine

Koubat Al Khayatine est un monument situé dans la ville de Meknès, au Maroc. Il a été construit au 14ème siècle sous le règne de Moulay Ismail. Ce monument est l’un des plus importants de la ville et il est également connu sous le nom de « Koubba » ou « Mausolée ».

Il est situé au sommet d’une colline surplombant la Medersa Ben Youssef et les portes de Bab El Mansour. Le monument a été construit pour deux personnes : l’oncle de Moulay Ismail qui est mort pendant son règne et son fils qui est mort avant lui à l’âge de 13 ans. Ils ont été enterrés ici, mais malheureusement, leurs tombes ont été détruites par le temps et les intempéries, si bien qu’il n’en reste aujourd’hui aucune trace, à l’exception de leurs noms gravés sur une plaque de marbre qui a été placée près de leurs tombes.

L’architecture de Koubat Al Khayatine se compose de deux parties : la première comprend un grand bâtiment en bois qui recouvre une plate-forme où se trouvent trois tombes ; la seconde comprend un autre bâtiment en pierre avec quatre portes qui mènent à chaque tombeau à l’intérieur.

17. Ksar El Mansour

Ce magnifique monument est une attraction touristique très prisée. Le Ksar El Mansour est situé au cœur de la ville et a été construit par le sultan Moulay Ismail, qui a régné sur le Maroc de 1672 à 1727.

L’ancien palais a été transformé en forteresse militaire au XVIIIe siècle. Le bâtiment est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et présente un mélange impressionnant de styles qui illustre l’artisanat marocain dans toute sa splendeur.

Le Ksar El Mansour se trouve près de la Grande Mosquée, à environ 500 mètres de la place Maata Khadija. C’est un endroit idéal à visiter si vous souhaitez en savoir plus sur la riche histoire du Maroc, ainsi que sur sa culture et ses traditions.

18. Sahrij Souani

Sahrij Souani est un monument de la ville de Meknès, au Maroc. Il est situé dans la partie ouest de la médina, à côté de la porte Bab Mansour.

Sahrij Souani a été construit sous le règne du sultan Moulay Ismail. Le bâtiment était utilisé comme école pour les enfants des nobles (fils et filles) qui vivaient à Meknès à cette époque.

Le bâtiment est en fait une madrasa (école religieuse islamique), transformée en musée depuis 1986.

19. Site archéologique de Volubilis

Volubilis est un site archéologique situé au nord-ouest du Maroc, à environ 20 km de Meknès et 60 km de Rabat. Volubilis était une colonie romaine située sur le site de l’actuel Azrou. Elle a été fondée vers 40 après J.-C. sous l’empereur Claude (41-54) sous le nom de Colonia Marciana Ulpia Traiana Thamugadi. Trajan lui a donné le nom de sa sœur Marciana (Marcus Aurelius Antoninus), qui avait épousé Ulpianus, fils de Gaius Arrius Antoninus et père de Marcus Ulpius Traianus, un homme qui allait jouer un rôle important dans l’ascension au pouvoir de Septimius Severus et, plus tard, de l’empereur lui-même. La ville a atteint son apogée sous les règnes de Trajan, Marc Aurèle et Commode, lorsqu’elle est devenue l’une des plus grandes villes romaines de Mauretania Tingitana, avec une population d’environ 50 000 habitants.

En 2011, elle a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans le cadre de l’un des quatre sites culturels marocains en cours d’examen par l’UNESCO. Elle reçoit actuellement entre 16 000 et 18 000 visiteurs par an

L’héritage de Moulay Ismail se perpétue dans la ville de Meknès. Son palais témoigne de sa puissance militaire et son ancien camp militaire nous rappelle la durée de son règne. Ces monuments sont à voir absolument lors de la visite de Meknès.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.